Entre le désert et la mer : L’Interdite (1993) et N’Zid (2001) de Malika Mokeddem

Résumé : Nomade sans tribu, l’Algérienne Malika Mokeddem est une des écrivaines les plus intéressantes du panorama maghrébin contemporain. Toute la production littéraire de la plume francophone est caractérisée par la présence de deux images récurrentes : le désert et la mer. Berceaux maternels ou gouffres de douleur, les sables désertiques et les vagues méditerranéennes accompagnent les quêtes identitaires de Sultana, la narratrice de L’Interdite, et de Nora, l’héroïne du roman N’Zid. Emblèmes territoriaux d’une Algérie martyrisée et schizophrénique, le désert et le Mare Nostrum aident les personnages de Mokeddem à récupérer les racines idéologiques ensevelies, à reconstruire un passé mutilé qui risque de désarticuler l’avenir. Gardien silencieux ou deus ex machina redoutable, le paysage du Sud de la Méditerranée alimente donc l’imagination de Mokeddem : la beauté du désert et l’immensité de l’espace marin exhortent l’intellectuelle algérienne à se forger une identité hybride au confluent de ses appartenances multiples.
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2014, pp.161--174. 〈10.4000/babel.3917〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01322576
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : vendredi 27 mai 2016 - 12:12:35
Dernière modification le : samedi 28 mai 2016 - 01:13:08

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Claudia Mansueto. Entre le désert et la mer : L’Interdite (1993) et N’Zid (2001) de Malika Mokeddem. Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2014, pp.161--174. 〈10.4000/babel.3917〉. 〈hal-01322576〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

96