L’enchantement angoissé de Chateaubriand

Résumé : Si le premier geste de Colomb et de Vespucci fut de nommer le Nouveau Monde en faisant résonner les patronymes de l’ancien, celui de Chateaubriand fut de lui redonner son identité d’origine. Dans la tension entretenue par des circonstances contrastées, l’Amérique émerge en un lieu de l’origine parcouru par le rêve d’une création neuve de l’Europe et l’ambition d’en faire un « Nouvel Eden ». À la fois lieu de l’agrément et de la violence, la Révolution de l’occident répond à l’indépendance des Etats-Unis nés dans le sang des indiens. L’histoire des sociétés occidentales rejoint alors l’autre temps cyclique des peuples amérindiens, pour surimposer un ordre téléologique dont le progrès heurte les nouvelles angoisses de la civilisation. De cette confrontation, l’utopie de perfectibilité, à portée de main, est rejetée au loin. Ces deux forces qui dirigent la conquête de l’espace au travers d’une nouvelle temporalité, celle de la modernité, préfigurent les rêves inquiets de l’Amérique contemporaine.
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2013, pp.149--166. 〈10.4000/babel.3506〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01324888
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : mercredi 1 juin 2016 - 15:48:52
Dernière modification le : jeudi 15 mars 2018 - 16:56:04

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

David Maurry. L’enchantement angoissé de Chateaubriand. Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2013, pp.149--166. 〈10.4000/babel.3506〉. 〈hal-01324888〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

61