De l’américanisme en France : le statut paradoxal de la musique jazz (1920-1930)

Résumé : Le présent article montre l’ambivalence devant l’américanisme qui apparaît très présent en France dès les années vingt, en se basant sur les représentations de la musique jazz dans la production littéraire de l’époque. D’abord, il sera question de l’esthétique de Jean Cocteau qui, par son enthousiasme pour le music-hall et le primitivisme de la musique « noire », défend, voire s’inspire du jazz et des américains. En second lieu, la problématique de l’engouement pour le jazz non unanime sera investiguée, et l’étude de cette musique « inouïe » se fera également à travers ses détracteurs. Par ces deux exemples contradictoires mais emblématiques du discours sur le phénomène jazz, la musique américaine servira alors de prisme à travers lequel la culture française cherche à se redéfinir sur le plan esthétique et épistémologique, et comment, de cette rencontre, naîtra une nouvelle manière de penser l’art.
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2013, pp.167--184. 〈10.4000/babel.3513〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01324890
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : mercredi 1 juin 2016 - 15:48:54
Dernière modification le : jeudi 2 juin 2016 - 01:05:28

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Isabelle Perreault. De l’américanisme en France : le statut paradoxal de la musique jazz (1920-1930). Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2013, pp.167--184. 〈10.4000/babel.3513〉. 〈hal-01324890〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

57