« La banalité du mal » selon Eduardo Pavlovsky

Résumé : Dans El señor Galíndez (1973) et Potestad (1985), le dramaturge argentin Eduardo Pavlovsky met en scène la figure d’un tortionnaire humain. Ces pièces bousculent la norme. Comment accepter en effet que la torture et l’enlèvement d’enfants durant la dictature argentine ne soient pas l’œuvre de monstres mais de gens ordinaires ? Nous nous proposons de voir les mécanismes de la rupture dans ces pièces, et d’en analyser la portée.
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2012, pp.299--312. 〈10.4000/babel.2598〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01325003
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : mercredi 1 juin 2016 - 16:59:20
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:55:53

Identifiants

Collections

Citation

Isabelle Clerc. « La banalité du mal » selon Eduardo Pavlovsky. Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2012, pp.299--312. 〈10.4000/babel.2598〉. 〈hal-01325003〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

23