Le Narrenschiff de Sébastien Brant à l’épreuve du filtre foucaldien

Résumé : Pour illustrer sa thèse historico-philosophique du partage entre une expérience cosmique et une expérience critique de la folie à l’aube de l’âge moderne, Michel Foucault mobilise au tout début de l’Histoire de la folie un ouvrage jusque là peu connu du grand public : le Narrenschiff de Sébastien Brant. La manière dont Foucault se réfère à ce texte, ainsi que la lecture qu’il en propose sont à plusieurs égards problématiques. En passant au peigne fin, une à une, les affirmations de Foucault sur le Narrenschiff, cet article rend compte du hiatus qui se dessine dans l’Histoire de la folie entre les sources convoquées et les thèses avancées. En effet, au lieu de s’appuyer sur ce chef-d’œuvre de la Renaissance allemande, Foucault s’en inspire pour la création de sa propre Nef des fous, une sorte d’emblème qui fixe dans une image l’expérience renaissante de la folie.
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2012, pp.149--169. 〈10.4000/babel.2023〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01326615
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : samedi 4 juin 2016 - 11:25:23
Dernière modification le : mercredi 21 mars 2018 - 10:54:06

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Jonas Kurscheidt. Le Narrenschiff de Sébastien Brant à l’épreuve du filtre foucaldien. Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2012, pp.149--169. 〈10.4000/babel.2023〉. 〈hal-01326615〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

72