La transfiguration du bal

François Jost 1
1 CEISME
CIM - CIM - Communication, Information, Médias - EA 1484, LABEX ICCA
Résumé : L’une des hypothèses admises implicitement dans la plupart des études sur l’adaptation est que le spectateur sait d’avance que le film est une adaptation, ou qu’il connaît le roman dont le film est adapté. Or, bien plus fréquemment, le film s’offre comme un substitut de roman à un spectateur qui ne l’a pas lu. Adoptant une approche pragmatique, l’article qui suit pose ces questions à propos de deux adaptations de Madame Bovary : à quoi reconnaît-on qu’un récit filmique est non seulement une transposition audiovisuelle des signes écrits, mais aussi une lecture de ceux-ci ? Y a-t-il des signes ostensibles dans lesquels se repéreraient une intention communicative, une vision de l’œuvre ?
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2011, pp.15--25. 〈10.4000/babel.142〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01326921
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : lundi 6 juin 2016 - 10:40:04
Dernière modification le : samedi 16 décembre 2017 - 01:11:21

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

François Jost. La transfiguration du bal. Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2011, pp.15--25. 〈10.4000/babel.142〉. 〈hal-01326921〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

85