Le récit de course au temps de Victoria : une littérature de mâts de cocagne ?

Résumé : Avec la naissance de l’alpinisme sportif se popularisent les récits de course, que leur modestie et minimalisme font passer pour des productions sans grand intérêt, selon les critiques initiées par John Ruskin. Mais au-delà de l’aspect factuel et descriptif, il s’agit bien d’une véritable geste et d’une épopée où il est question tout autant d’une histoire culturelle des élites victoriennes que de l’affirmation de la puissance impériale britannique.
Mots-clés : geste épique histoire
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2009, pp.194--207. 〈10.4000/babel.676〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01327275
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : lundi 6 juin 2016 - 15:48:09
Dernière modification le : jeudi 17 mai 2018 - 13:32:01

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Michel Tailland. Le récit de course au temps de Victoria : une littérature de mâts de cocagne ?. Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2009, pp.194--207. 〈10.4000/babel.676〉. 〈hal-01327275〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

63