Ducasse iconoclaste ou l’art du « pilleur d’épaves célestes »

Résumé : La question qui se pose dans cet article est celle de l’existence possible de deux voies ou voix chez un même poète. Du comte de Lautréamont à Isidore Ducasse, des Chants de Maldoror aux Poésies, la révolution engagée par le poète l’oriente-t-elle sur la voie de la modernité ou, a contrario, l’écrivain s’achemine-t-il vers une forme de traditionalisme exacerbé ? Parallèlement, l’auteur de l’article cherche à identifier les éléments qui ont pu véhiculer l’idée d’une contradiction entre les deux ouvrages de Ducasse - Poésies ou le « Contre Lautréamont » d’Isidore Ducasse. Il avance l’hypothèse selon laquelle il s’agit d’une façon d’en finir avec la domination du « Moi » : Ducasse choisit la poésie impersonnelle, lit les philosophes et tire leçon de Pascal. Dans les deux œuvres, il constate un même aboutissement sur les impasses de la littérature et de la poésie et procède à une attaque contre ses contemporains au travers de méthodes qui semblent opposées.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01327865
Contributor : Cécile Ferran <>
Submitted on : Tuesday, June 7, 2016 - 11:04:03 AM
Last modification on : Thursday, March 15, 2018 - 4:56:04 PM

Links full text

Identifiers

Collections

Citation

Emmanuel Rousse. Ducasse iconoclaste ou l’art du « pilleur d’épaves célestes ». Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2008, pp.189--208. ⟨10.4000/babel.304⟩. ⟨hal-01327865⟩

Share

Metrics

Record views

133