Cinéma d’animation : « Le conte de fées est à l’aise au Moyen Âge »

Résumé : Le réalisateur français de cinéma d’animation Michel Ocelot a réalisé une trentaine de courts métrages avant son premier long métrage au succès retentissant, Kirikou et la sorcière (1998), suivi de Kirikou et les bêtes sauvages (2005). Dans cet entretien, il s’exprime sur deux de ses œuvres proches du conte de fées, faisant la part belle au Moyen Âge : Princes et princesses (1999), film d’animation dont le montage suit la technique des ombres chinoises et Azur et Asmar (2006), film d’animation en 3D aux décors somptueux inspirés de l’iconographie de la fin du Moyen Âge. L’entretien met à jour la fascination exercée par les traditions visuelles et narratives, tant occidentales qu’orientales, de l’imaginaire médiéval.
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2007, pp.207--211. 〈10.4000/babel.800〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01328742
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : mercredi 8 juin 2016 - 14:02:51
Dernière modification le : jeudi 17 mai 2018 - 13:32:01

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Michel Ocelot, Sandra Gorgievski. Cinéma d’animation : « Le conte de fées est à l’aise au Moyen Âge ». Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2007, pp.207--211. 〈10.4000/babel.800〉. 〈hal-01328742〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

49