La mise en spectacle de la mort dans deux pièces du théâtre espagnol du Siècle d’Or

Résumé : Dans Fuente Ovejuna (1613) de Lope de Vega et La serrana de la Vera (1613) de Luis Vélez de Guevara, la mort est spectacle. Cette mise en spectacle de la mort, qui doit être replacée dans le contexte d’une esthétique macabre caractéristique de la période baroque, s’articule sur de multiples réseaux de sens dont nous tentons de dégager quelques lignes directrices. Une lecture attentive de la façon dont la mort et le cadavre sont mis en scène permet de comprendre que pour l’imaginaire de l’époque, cette mise en spectacle de la mort est surtout mise en spectacle de la vie. La mort, effroyable mais bienfaisante, est une mort génératrice de vie.
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2006, pp.193--210. 〈10.4000/babel.933〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01328780
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : mercredi 8 juin 2016 - 14:28:19
Dernière modification le : jeudi 15 mars 2018 - 16:56:04

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Odile Lasserre Dempure. La mise en spectacle de la mort dans deux pièces du théâtre espagnol du Siècle d’Or. Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2006, pp.193--210. 〈10.4000/babel.933〉. 〈hal-01328780〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

49