Una escritura de la desaparición y aparición siempre futuras

Résumé : En 1929, peu après la naissance du surréalisme français (1924), le francophile, nationaliste et membre de la Génération espagnole du 98, Azorín, résidant dans la ville frontalière de San Sébastian (Guipúzcoa), fait appel à une certaine écriture semi-automatique, fulgurant et recherchée, afin de provoquer l’émergence du personnage, divers et virtuel, du roman, toujours futur, dont le projet final converge à la fin vers son village natal de Monóvar (Levant), au bout d’un éblouissant voyage à travers la Péninsule et la Manche de Don Quichotte, un autre grand surréaliste.
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2006, pp.247--264. 〈10.4000/babel.967〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01328783
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : mercredi 8 juin 2016 - 14:28:23
Dernière modification le : jeudi 15 mars 2018 - 16:56:04

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Daniel Aranjo. Una escritura de la desaparición y aparición siempre futuras. Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2006, pp.247--264. 〈10.4000/babel.967〉. 〈hal-01328783〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

62