Variable élégie

Résumé : Dans cet article d’ouverture, nous proposons une brève présentation du genre élégiaque dans son contenu thématique, sa tonalité et son rapport au chant. Dans l’élégie, la poésie entendue comme rythme et forme canalise l’expression de la douleur au risque de la faire paraitre artificielle. L’élégie oscille ainsi entre l’écueil d’une trop grande maitrise et celui d’un abandon à l’informe, avec des arbitrages très différents entre ces deux risques selon les esthétiques et les époques, comme le montrent la variété des textes étudiés qui vont de l’Antiquité latine à l’extrême modernité en passant par André Chénier, le romantisme, Baudelaire, Verlaine et Laforgue. Sur le versant énonciatif, on observe aussi une grande diversité depuis des textes qui visent à faire communier dans la plainte locuteur et récepteur et d’autres qui cultivent une distance ironique ou visent à une disparition du sujet. L’élégie n’est pas dépourvue non plus d’une dimension communautaire et politique dans certaines de ses manifestations et le volume lui fait justice en montrant à la fois la pérennité de ce genre et sa plasticité.
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2005, pp.7--12
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01329048
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : mercredi 8 juin 2016 - 16:23:09
Dernière modification le : jeudi 17 mai 2018 - 13:32:01

Identifiants

  • HAL Id : hal-01329048, version 1

Collections

Citation

Michèle Monte. Variable élégie. Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2005, pp.7--12. 〈hal-01329048〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

47