L’avenir de la décentralisation de l’action sociale

Résumé : L’exemple de l’action sociale démontre que la logique des blocs de compétence est dénuée de logique, elle a contribué à assembler de manière hétéroclite des politiques pourtant sous‑tendues par des besoins différents, même si elles relèvent toutes de l’assistance. Derrière ce vocable se dissimule en réalité une mosaïque d’interventions qu’il serait temps d’agencer différemment pour ne plus nier l’imbrication des différentes politiques publiques. Si les intercommunalités peuvent concurrencer le département dans certaines de ses compétences en ce domaine, un rapprochement des politiques sociales et des politiques économiques conduiraient à valoriser le rôle de la région. La création d’un « cinquième risque » couvert par la Sécurité sociale ne semble pas à l’ordre du jour.
Type de document :
Article dans une revue
Revue française d'administration publique, ENA, 2015, 156 (4), pp.1055-1064. 〈10.3917/rfap.156.1055〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01613716
Contributeur : Jean-François Bruzi <>
Soumis le : mardi 10 octobre 2017 - 08:21:28
Dernière modification le : mercredi 5 septembre 2018 - 17:04:04

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

Collections

Citation

Virginie Donier. L’avenir de la décentralisation de l’action sociale. Revue française d'administration publique, ENA, 2015, 156 (4), pp.1055-1064. 〈10.3917/rfap.156.1055〉. 〈hal-01613716〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

132