Encre de chair : de l’écriture du corps au corps de la femme écrivain dans les romans de Toni Morrison, L’œil le plus bleu et Sula - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Babel : Littératures plurielles Year : 2013

Encre de chair : de l’écriture du corps au corps de la femme écrivain dans les romans de Toni Morrison, L’œil le plus bleu et Sula

(1)
1

Abstract

Écrire le corps participe d’une écriture vivante par opposition au langage mort, tout comme l’Ange de La Maison était mortifère pour Virginia Woolf, Toni Morrison considère que toute censure tue le texte et la vérité du langage. Dans son premier roman The Bluest Eyes, Toni Morrison décrit ce corps sans censure, à travers les yeux d’une fillette, Claudia, enfant battue, amie d’une autre fillette, Percola, violée par son propre père. Sula raconte l’amitié de deux fillettes qui prennent des chemins différents en devenant femme, l’une, traditionnelle, narratrice du roman et l’autre, Sula, vivant sa féminité au-delà des conventions. Corps souillé, corps violé, corps meurtri, corps à la peau noire, corps aimé, corps haï, corps de fillette, corps de femme, corps de toutes les transformations, de l’innocence au sacrilège et du crime à l’innocence, ce corps parle, il s’exprime, il hurle et son langage peut se lire, il se doit même d’être retranscrit, parfois abruptement, pour dire ce « je » de la femme aux multiples aspects dans un corps-à-corps littéral avec la littérature.

Dates and versions

hal-01324899 , version 1 (01-06-2016)

Identifiers

Cite

Ôphélia Claudel. Encre de chair : de l’écriture du corps au corps de la femme écrivain dans les romans de Toni Morrison, L’œil le plus bleu et Sula. Babel : Littératures plurielles, 2013, 28, pp.67--86. ⟨10.4000/babel.3469⟩. ⟨hal-01324899⟩

Collections

UNIV-TLN BABEL
60 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More