Les Élégies posthumes d’Ovide ou la ruse poétique d’Ernst Fischer

Résumé : Cet article présente l’œuvre de l'écrivain, poète et pamphlétaire est-allemand, Ernst Fischer qui réécrit l'Exil et l'Histoire sur la ruse des prétendues Élégies posthumes d'Ovide pour énoncer sur le mode à la fois ironique et élégiaque le parallèle entre la figure antique d'Auguste ayant imposé au poète latin son exil dans la région encore barbare de l'ancienne Dacie, l'actuelle Roumanie, et l'ombre de Staline qui n'a jamais cessé de planer sur les pays de l'Est. Cela nous conduit à redéfinir l'élégie comme chant funèbre exprimant depuis l'antiquité une plainte douloureuse et des sentiments mêlant mélancolie et nostalgie mais à laquelle s'ajoutent désormais une ironie et une distance de soi à soi, comme de soi au monde, qui marquent l'avènement d'un exil non plus seulement politique mais pour ainsi dire intérieur et métaphysique. On peut lire ainsi les Élégies posthumes comme le chant du cygne de l'Homme chantant par delà le danger de l'aliénation idéologique, la menace de sa propre disparition derrière les murs désormais invisibles du totalitarisme.
Type de document :
Article dans une revue
Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2005, pp.199--210. 〈10.4000/babel.1073〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tln.archives-ouvertes.fr/hal-01329035
Contributeur : Cécile Ferran <>
Soumis le : mercredi 8 juin 2016 - 16:22:48
Dernière modification le : jeudi 15 mars 2018 - 16:56:04

Lien texte intégral

Identifiants

Collections

Citation

Patrick Hubner. Les Élégies posthumes d’Ovide ou la ruse poétique d’Ernst Fischer. Babel : Littératures plurielles, La Garde : Faculté des lettres et sciences humaines - Université de Toulon et du Var, 2005, pp.199--210. 〈10.4000/babel.1073〉. 〈hal-01329035〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

44