Assujettis, insoumis et contrôle de la pensée : la « guerre future » et ses conséquences dans Le Piège diabolique (1962), bande dessinée d’Edgar P. Jacobs - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Babel Year : 2018

Assujettis, insoumis et contrôle de la pensée : la « guerre future » et ses conséquences dans Le Piège diabolique (1962), bande dessinée d’Edgar P. Jacobs

(1)
1

Abstract

In the central episode of The Time Trap (1962), Belgian cartoonist Edgar P. Jacobs depicted what the world would be in the year 5060, as one of his heroes, Professor Philip Mortimer, is travelling through time in a machine one of his rivals, craving for revenge, has invented and, then, deliberately tampered with. After a nuclear war devastated the planet in the late 21st century, it is now ruled over by a totalitarian government and this episode shows the consequences of a “war to come”, which means regression for mankind as a whole. The influence of dystopian fiction works, like those by H. G. Wells, underpins the depiction of this nightmarish universe, along with the confiscation of technical progress by a handful of men and the spectre of a nuclear conflict looming ahead. However, Jacobs also takes advantage of this episode to convey a message of hope and a call for humanism, as shows the eventual victory of the “subjected” peoples, in which Mortimer plays a crucial part.
Dans l’épisode central du Piège diabolique (1962), le dessinateur belge Edgar P. Jacobs dépeint le monde tel qu’il l’imagine en l’an 5060, alors que l’un de ses héros, le professeur Mortimer, voyage dans le temps avec une machine inventée, puis déréglée par l’un de ses rivaux, avide de vengeance. La planète, après avoir été ravagée par une guerre nucléaire, à la fin du XXIe siècle, est alors sous la férule d’un gouvernement totalitaire et cet épisode montre ainsi les conséquences d’une « guerre future », synonyme de régression pour l’humanité entière. Outre l’indéniable influence de romans d’anticipation, principalement ceux de H. G. Wells, la confiscation du progrès technique par une poignée d’hommes et le spectre d’une guerre nucléaire en constituent les principaux traits. Cependant, Jacobs tire également profit de la peinture de cet univers cauchemardesque pour transmettre un message d’espoir et d’humanisme, comme le montre la victoire finale des populations « assujetties », à laquelle Mortimer contribue grandement.

Dates and versions

hal-02303612 , version 1 (02-10-2019)

Identifiers

Cite

Pierre-François Peirano. Assujettis, insoumis et contrôle de la pensée : la « guerre future » et ses conséquences dans Le Piège diabolique (1962), bande dessinée d’Edgar P. Jacobs. Babel, 2018, 38, pp.207-220. ⟨10.4000/babel.6295⟩. ⟨hal-02303612⟩

Collections

UNIV-TLN BABEL
58 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More